ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
scouts 7ème dakar 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Qu'est ce que le scoutisme

HISTOIRE DE BADEN POWELL ET DU SCOUTISME 
Enfance et carrière militaire 
 
Robert, Stephenson(son parrain était le fils du père de la locomotive!) Smyth, Baden powell naquit à Londre le 22 fevrier 1857, 5ème Garçon de la famille. Et ses frères l'aidèrent à compléter une formation que sa mère a voulue surtout pratique. Baden est un nom qui ne sera intégré au nom de la faille q'en 1902, formant ainsi les fameuses lettres chère aux scouts: B.P! Mais il ne s'agit pas encore de scouts à cette époque! Robert qu'on nomme "Ste" en famille, apprend seulement à se débrouiller. Sa mère fut bien heureuse à l'anniversaire des 8 ans de Robert de voir son fils lui apporter un papier:  
"Loi pour quand je serai vieux" 
"Quand je serai vieux, je ferai en sorte que les pauvres soient aussi riches que nous. Ils doivent tout autnat que nous avoir droit au bonheur". 
Que Robert ait eu difficultés les premières années de ses études semble normal. Des sciences mortes comme le latin ou le grec, d'arids études de mathématiques pouvaient elles un jeune garçon qui avait fait naufrage, une fois ou deux fois découverte la nature dans sa réalité vivante? Robert prit peu d'intérêt à son travail jusqu'au jour ou le principal, le Dr Holg-Brown, éducateur au grand caractère parvint à avoir quelques promesses de ce petit garçon et nota " qu'il valait mieux que ne pouvait le faire supposer son travail de classe". cette étincelle d'encouragement se transforma en une flamme d'énergie et Robert se mit alors bravement à travailler. Ses talents, son humour, sa bonne humeur, sa serviabilité firent de "Bathing-Towell" (essuie-mains) comme le surnommaient les garçons de son club de bout en train. 
En 1876, Robert quitta lme collège pour embrasser la carrière militaire. Ainsi à 19 ans, dispensé de par ses places du stade d'entrainement de deux ans, le jeune homme pouvait rêver à un commandement aux Indes. la vraie vie commençait. Aprés quelques années aux Indes Robert revint en Angleterre avant de faire ses premiers contacts avec l'Afrique. Ainsi allait commencer la longue et passionnante aventure.  
Quand éclata en 1888 la guerre du Zoulouland Robert fut choisi chef de l'expédition, comme officier en second et se lança à la poursuite des autoctones insurgés. Robert préparait la capture du roi Dinizoulou. Celui ci s'était retiré dans le maquis de Ceza Bush . Le chef Zoulou était protégé par les"Tokomaïs" surnom donné aux Oussoutos. Dinizoulou se rendi en Novembre et Robert qui estimait ce chef garda son collier en souvenir du grand roi Africain pour en offrir un jour les buchettes aux meilleurs de ses scouts. Après quelques mission en Angleterre, à Malte, il est affecté chez les Ashantis cette expédition lui valu la grade de lieutenant colonel.. En 1896 avec le 13ème hussard il reçu l'ordre de retyourner en Afrique pour le campagne des Matabélés. Cette campagne fut mené comme un vrai jeu de nuit et il le gagna grâce au camoufflage et son sens de l'observation. En sortie d'espionnage il remaqua un jour les Kraal des zoulous et lança l'affocive le lendemain. Il s'était pour crée une uniforme peu réglementairemais très pratique: un grand chapeau à large bord, un vaste foulard autour du cou et rejeté dans le dos des culottes. De retour à Dublin il se fait par l'entente qu'il avait avec ses subordonnés. Car pour Robert le chef est celui qui sait se faire aimer par ses hommes pour lieux les conduire ensuite. Il aimait à dire :" Le premier imbecile peut commander, faire obéir les autres pour peu qu'il ait les moyens de punir ceux qui refuseraient d'obéir. Entrainer les autres dans une grande entreprise, c'est tout autre chose." "se mettre au niveau ses subordonnés sans diminuer son prestige". 
 
Le mardi 8 juillet 1899 alors qu'il déjeunait dans son club il fut convoqué par Lord Wolseley pour l'envoyer en Afrique du Sud: 
- Je désire vous envoyer en Afrique du Sud. 
- Bien Monsieur, répondit Robert 
- Pouvez vous partir samedi prochain? 
- Non Monsieur. 
Lord Wolseley fronça les sourcils 
et pourquoi? 
Parce qu'il n'y a pas de Bateau Samedi! Mais je suis pret à partir vendredi!! 
Connaissant bien la région il établi son QG à Mafeking. 
Vers la fin de septembre la situation politique se gata complétement, le viel abces des relations anglo-boers creva enfin. Le 9 octobre, par les soins du service d'espionnage, un télégramme lui parvenait" pluie abondante en perspective pour votre foin" en clair "voici la guerre". 
Cronje avec 9000 hommes encercla Mafeking le 13 octobre. Robert devait se débrouiller avec une défense pitoyable. Aussi laissa t'il libre choix à ses hommes dans les circonstances difficiles: "n'attendez pas toujours des ordres. Si vous voyez que la situation exige l'action ne craignez pas d'agir de peyr de commette une erreur. Un homme qui n'en à commises n'a jamais rien fait. Si vous découvrez que vous avez commis une erreur, allez de l'avant avec énrhie. Le courage et l'audace ont souvent transormé une erreur en succès" 
Pour mieux motiver ses hommes il décida de faire paraitre un journal. Dès le premier novembre , le journal parut sur un etrange papier avec ce sous titre:" paraît tous les jours si les canons le permetent".  
 
Dans ce piége de feu les hommes avez de grands problémes d'appovisionnement. Lord Cecil s'appuyant sur les méthodes préconisées par "Aids to scouting" réunit des garçons en un corp de cadets , leur donna une uniforme et pris en main leur formation. Ces jeunes avaient pour mission de faire circuler les message. Le 12 mai Sarel Ellof petit fils du président des boers Kruger passa à l'assaut mais grâce au système des tranchés Mafeking s'en sorti tant bien que mal. 
a la nuit tombante surgissant comme des fantomes de la fumée des incendies les cadets ramenèrent vers la ville Près de 200 prisonneirs dont Ellof. Après son triomphe à Mafeking Robert fut nommé Général à 43 ans. 
 
Le scoutisme 
 
C’est impressionnant si l’on considère que le scoutisme a commencé en 1907 dans un camp expérimental avec seulement une vingtaine de garçons. Ce camp a eu lieu du 1er au 9 août 1907 sur l’île de Brownsea, près de Poole, dans le Dorset en Angleterre. 
 
Ce camp remporta un immense succès et prouva à son organisateur, Robert Baden-Powell (familièrement appelé B.P.), que ses méthodes et sa formation plaisaient aux jeunes et donnaient des résultats. 
 
En janvier 1908, B.-P. lança un livre intitulé Scouting for Boys (titre qu’on a traduit en français par Éclaireurs). Ce manuel parut d’abord par chapitres publiés à raison de eux par mois; chaque chapitre coûtait quatre pence. Ce fut un succès immédiat. 
 
Baden-Powell avait seulement eu l’intention de proposer une méthode de formation pour les garçons, qui aurait pu être adoptée par des organisations de jeunesse déjà existantes comme le YMCA (Union chrétienne de jeunes gens). À sa grande surprise, les jeunes s’organisèrent eux-mêmes en un mouvement destiné à devenir le plus grand mouvement de jeunesse au monde. 
 
 
L’évolution du Mouvement scout dans le monde Le succès de Scouting for Boys en 1908 créa un mouvement qui, rapidement et presque automatiquement, adopta le nom de Boy Scouts (Éclaireurs). En 1909, Scouting for Boys était déjà traduit en cinq langues et un rallye attira à Londres plus de 11000 scouts. 
 
En 1910, on comptait plus de 100 000 scouts en Grande-Bretagne et le scoutisme avait déjà commencé à se développer au Chili, au Canada, en Inde, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Allemagne, en France, en Suède, en Norvège, en Argentine, à Singapour et au Mexique. 
 
La Première Guerre Mondiale, commencée en 1914, aurait pu amener l’effondrement du mouvement, mais la formation par le système des patrouilles fit ses preuves. Des chefs de patrouille prirent la succession des chefs adultes qui s’engageaient dans l’armée. En outre, les scouts participèrent directement à la Guerre de diverses manières, notamment en tant que garde-côtes. 
 
 
Éclaireuses, louveteaux et routiers : Au début, le programme scout ne s’adressait qu’à des garçons de 11 à 18 ans. Mais très vite, les filles voulurent faire partie du mouvement. En1909, B.-P. confia à sa sœur Agnès le soin d’adapter son idée aux filles : les Éclaireuses étaient nées. Après son mariage en 1912, son épouse Olave prit en charge la novelle organisation féminine. 
 
Le scoutisme attirait également les plus jeunes. Baden-Powell leur proposa un autre programme, qu’il résuma dans Le livre des louveteaux, publié en 1916. Et comme beaucoup de ceux qui avaient été éclaireurs désiraient continuer dans le Mouvement, le fondateur conçut à leur intention le programme des Rovers (routiers), qu’il présenta dans La Route du Succès en 1922 
 
 
Conférences et jamborees mondiaux : Le premier jamboree mondial eut lieu à Londres en 1920, rassemblant 8 000 scouts en provenance de 34 pays. Dix-neuf jamborees mondiaux ont eu lieu depuis, le dernier au Chili en 1998. Deux ont eu lieu au Canada, le huitième à Niagara-sur-le-Lac en 1955, le quinzième à Kananaskis Country en Alberta en 1983. Le vingtième doit se dérouler en Thaïlande à la fin de décembre 2002. 
 
En 1920 eut lieu également la première Conférence internationale du scoutisme, à laquelle participèrent 33 organisations scoutes. Le Bureau international du scoutisme (appelé aujourd’hui Bureau mondial du scoutisme) fut créé la même année. Au premier recensement mondial en 1922, on dénombrait plus d’un million de scouts dans 31 pays. 
 
 
Une expansion continue : Entre les deux guerres, le scoutisme continua à progresser dans le monde entier à l’exception des pays totalitaires. Quand vint la Deuxième Guerre Mondiale en 1939, les scouts jouèrent à nouveau un rôle précieux : messagers, surveillants de feu, brancardiers, récupérateurs, etc. Dans les pays occupés, le scoutisme a joué un certain rôle au sein des mouvements de résistance et de maquis. 
 
En 1957, le Bureau mondial déménagea de Londres à Ottawa, au Canada. En 1968, il fut transféré à Genève, en Suisse, où il est toujours situé. La 15e Conférence mondiale du scoutisme eut lieu à Niagara Falls en 1955, la 23e se déroula à Montréal en 1977. 
 
En 1971, l’Organisation mondiale du Mouvement scout (OMMS) comptait 100 associations membres. Après l’effondrement du communisme en 1989 et au début des années 90, le scoutisme a repris vie dans de nombreux pays où il avait été interdit. L’Organisation mondiale a alors connu une nouvelle expansion. En 1999, l’OMMS reconnaissait des associations scoutes nationales dans 152 pays. 
 
 
1907 
: Camp de Brownsea.  
1908 
: Publicaiton de Scouting for boys (Éclaireurs).  
1909 
: Institution des Éclaireuses.  
1916 
: Institution des Louveteaux.  
1919 
: Acquisition de Gilwell Park et début des cours de formation.  
1920 
: Premier Jamboree mondial, Olympia, Londres : 8000 participants.  
 
: Première conférence internationale du scoutisme.  
 
: Fondation du Bureau international du scoutisme.  
1922 
: Institution des Routiers.  
 
: Premier recensement mondial : 1 019 205 scouts dans 31 pays.  
1925 
: Inauguration du Chalet scout international, Kandersterg, en Suisse.  
1950 
: Cinq millions de scouts dans 50 pays.  
1954 
: Premier jamboree arabe, en Syrie.  
1955 
: Huitième jamboree mondial à Niagara-sur-le-Lac au Canada.  
 
: 15e conférence mondiale du scoutisme à Niagara Falls.  
1957 
: Le bureau mondial déménage à Ottawa.  
1958 
: Premier Jamboree-sur-les-ondes.  
1965 
: Premier jamboree panaméricain, au Brésil.  
1968 
: Tranfert du siège du Bureau mondial à Genève en Suisse.  
1969 
: Le nombre de scouts atteint 12 millions.  
1972 
: Premier Séminaire international de développement communautaire, au Dahomey (aujourd’hui le Bénin).  
1977 
: 23e conférence mondiale du scoutisme à Montréal.  
1981 
: L’OMMS reçoit le Prix Unesco de l’éducation pour la Paix.  
1988 
: Le Programme des Nations Unies pour l’environnement récompense le Mouvement scout.  
 
: La 31e Conférence mondiale du scoutisme adopte une stratégie pour le scoutisme qui privilégie le Programme des jeunes et l’encadrement des ressources adultes.  
1996 
: La 34e Conférence mondiale du scoutisme entérine la Charte de Marrakech, élaborée deux ans plus tôt pour orienter la coopération scoute internationale.  
1997 
: L’OMMS se joint à quatre autres organismes mondiaux pour la jeunesse pour une Déclaration sur l’éducation des jeunes.  
1999 
: 25 millions de scouts dans 216 pays et territoires.  
 
: Adoption d’une Déclaration de mission du scoutisme.  
 
Historique du scoutisme au Sénégal 
 
Créé en 1928 par le Révérend Père Doutremepuich à la Paroisse du Sacré-Coeur d'où son appellation de "Première Dakar", il s'agissait d'un regroupement de jeunes dénommé "Sainte Jeanne D'arc" avec plusieurs volet dont un club sportif, une fanfare, le scoutisme, etc. 
 
L'unité scoute fut reconnue officiellement en 1932 par le scoutisme français puisqu'il s'agissait, à l'époque, des scouts de France. 
 
En 1961, sous l'impulsion d'Alphonse Sène, se tient la première Assemblée Générale des Scouts du Sénégal qui porte à la tête Nicolas Ndiaye comme premier Commissaire Général, tandis que le poste de Commissaire National était détenu par Alphonse Sène. 
 
En 1962, l'Association est officiellement reconnue par les autorités sénégalaises par la délivrance du Récepissé N° 1429/APA du 19 mai 1962. L'Association des Scouts du Sénégal était ouverte aux garçons et aux filles dans toute l'étendue du territoire de la République du Sénégal 
 
On compte aujourd’hui plus de 25 millions de scouts, garçons et filles, dans le monde. Quelque 250 millions de personnes, comprenant des personnalités dans tous les domaines, ont été scoutes. 
 
 

 

(c) scouts 7ème Dakar - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 2.10.2016
- Déjà 5611 visites sur ce site!